À la recherche du chant perdu


Quelle est la genèse de La divine chanson ?

Les raisons qui m’ont amené à écrire sur cet immense artiste que fut Gil Scott-Heron sont multiples. De bout en bout, son oeuvre et sa destinée font cause commune. Revenir sur cet homme, c’est revisiter une grande partie de notre histoire contemporaine, de la chaleur du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis à la froideur et à la désillusion des décennies suivantes. Quand j’ai appris sa mort en mai 2011, j’ai aussitôt voulu lui rendre hommage par un article de quelques feuillets, je me suis pris au jeu et j’ai bien fait.

Pourquoi avoir choisi comme narrateur, Paris, un chat persan omniscient de Harlem, jadis, le chat de Mawlânâ, grand maître soufi?

Pour rester à bonne distance du barde, éviter le jugement ou le pathos. Et croyez-moi c’est plus difficile et plus exaltant que d’avoir un narrateur humain.

Sois enivré d'amour, car l'amour est tout ce qui existe, écrit Rûmi. En lisant La divine chanson à haute voix, on est emporté par les spirales, la poésie musicale, et le souffle tournoyant. Votre roman est-il un chant amoureux?

Un roman amoureux, en effet. L’amour des mots de la langue française, l’amour de la musique car j’étais totalement sous l’influence de la musique lorsque j’écrivais ce roman. La musique de Gil Scott-Heron, le blues, le jazz, le hip-hop et jusqu’aux musiques soufies de Turquie, d’Iran ou du Maroc. Je voulais rejoindre la grande danse cosmique. 

Dans le cadre du festival Metropolis bleu, nous animerons ensemble la semaine prochaine un atelier d’écriture créative, ce que Gil Scott-Heron a enseigné à Johns Hopkins University. Quel est le rapport entre écriture et musique?

Gil Scott-Heron était un surdoué. Il a fait d’excellentes études, enseigné jeune à la prestigieuse université Johns Hopkins, rêvé de suivre la trace du grand poète Langston Hughes avant de se laisser happer par le monde de la musique. Écrivain de talent, il a publié un recueil et un roman noir avant de faire des tournées et de sortir des disques. Enfin, Scott-Heron a écrit ses mémoires au soir de sa vie. Ses chansons sont des poèmes exquis. Le rapport entre écriture et musique est constant.

J’enseigne vos romans avec le plus grand plaisir depuis les années 1990, et je fais lire actuellement La divine chanson à des adolescents aussi bien qu’à des octogénaires. Tous sont aimantés par cette danse des mots, par cet artiste multifacettes qu’est Gil Scott-Heron. Comment expliquez-vous ce phénomène?

Je ne suis pas étonné. C’est la magie de l’art que de nous toucher là, au fond du fond. J’écris ce roman dans un état proche de la grâce, surtout vers la fin. Je sentais que quelqu’un ou quelque chose de plus que moi était là à mes côtés! 

La chanson divine sera-t-elle disponible bientôt en anglais ?

En cours de traduction. Le roman sera disponible dans quelques mois. Et je suis reconnaissant à mes traducteurs qui font un couple dans la vie (David et Nicole Ball) et à mon éditeur Naveen Kishore qui dirige Seagull Books.

Quelle est la pertinence de The revolution will not be televised, (La révolution ne sera pas télévisée), chanson culte de Gil Scott-Heron dans le monde actuel ?

Cette chanson était devenue l’hymne non officiel de nombreux mouvements en Amérique du Nord et dans le monde entier. On l’entend dans les manifestations organisées par Black Lives Matter comme on l’a entendu à Tahrir Square ou encore à la place de la Bastille. Gil Scott-Heron restera un grand artiste visionnaire.

Au plaisir de vous retrouver au Festival littéraire international de Metropolis bleu samedi 16 avril pour un atelier d’écriture et un panel, dimanche 17 avril à 11h30 dans la Salle Jardin de l’Hôtel 10 pour la cérémonie durant laquelle j’aurai le plaisir et le bonheur de recevoir le prix Des Mots Pour Changer pour l’ensemble de mon œuvre.

Merci et excellent festival !

© 2016, Abdourahman A. Waberi et Annie Heminway

Abdourahman A. Waberi est né le 20 juillet 1965 à Djibouti ville, dans ce qui s'appelait encore la Côte française des Somalis, actuelle République de Djibouti, dans un milieu modeste, il quitte son pays en 1985 afin de poursuivre des études en France, d'abord à Caen puis à Dijon. Son premier ouvrage, Le Pays sans Ombre, paru en 1994, obtient le Grand Prix de la nouvelle francophone de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et le prix Albert Bernard de l'Académie des Sciences de l'outre-mer à Paris. L'ouvrage suivant, Cahier nomade, obtient le Grand Prix littéraire de l'Afrique en 1996. Un an plus sort Balbala, un roman qui gagne le Prix biennal « Mandat pour la liberté » du P.E.N Club Français 1998, Prix collectif du Festival du Premier roman de Chambéry 1998. Plus récemment, Waberi a écrit Moisson de crânes, consacré au génocide rwandais, et un nouveau recueil, Rift routes rails, marqué par l'exil et la dérive d'un continent dépossédé de son passé et de ses traditions. En 2003 un deuxième roman, Transit (Gallimard) sur le thème de la mémoire partagée et des affres de l'exil sur fond de guerre civile. Son œuvre est traduite en une douzaine de langues. Son Passage des larmes, Jean-Claude Lattès, 2009, est un récit poétique sur l'exil, le fanatisme et la géopolitique de la corne de l'Afrique mais on peut lire aussi comme un hommage subtil à Walter Benjamin. Son dernier roman, La divine chanson est un roman amoureux qui s’empare de la vie de l’immense chanteur, compositeur, poète africain américain Gil Scott-Heron. Festival littéraire international de Montréal Metropolis bleu lui décernera le prix Des Mots Pour Changer pour l’ensemble de mon œuvre le 17 avril 2016.


Annie Heminway

Née en France, Annie Heminway enseigne l’écriture créative, la Littérature-Monde et la traduction en ligne à New York University. Elle est traductrice littéraire, rédactrice à Mémoire d’encrier à Montréal et consultante pour le Festival littéraire international de Montréal Metropolis bleu et Femmes au-delà des Mers à Paris. Elle est l’auteur d’une quinzaine de livres, les plus récents, French Demystified et la série Practice Makes Perfect (New York: McGraw-Hill 2011). Elle est directrice littéraire pour le contenu français du Salon .ll