Parking nomade V, animé par Marie-Andrée Lamontagne


Jean Teulé, auteur du roman Fleur-de-tonnerre

Il semble que ni les idéaux des Lumières ni la Révolution n’aient eu de prise sur la Bretagne, au XIXe siècle. Illettrisme, tradition, superstitions, récits anciens y ont engendré l’empoisonneuse Hélène Jegado, tueuse en série avant la lettre. Le romancier français Jean Teulé s’est emparé de cette inquiétante figure historique qui sévit dans une Bretagne brumeuse et tout aussi inquiétante. A l’émission Parking nomade, présentée ici en reprise après une première diffusion à l’antenne de Radio Ville-Marie (FM 91,3 Montréal), Marie-Andrée Lamontagne s’entretient avec Jean Teulé, auteur du roman Fleur-de-tonnerre, paru récemment chez Julliard.

Pour découvrir l'intégralité de l'entretien, cliquez sur le lien.

Reproduit avec l’aimable autorisation de Radio Ville-Marie.

© 2013, Marie-Andrée Lamontagne

Photo: Martine Doyon

Marie-Andrée Lamontagne est écrivain, éditrice, journaliste et traductrice. Chez Leméac Éditeur, notamment, elle a publié un roman (Vert), un recueil de nouvelles (Entre-monde) et un récit (La méridienne). De 1998 à 2003, elle a dirigé les pages culturelles du quotidien québécois Le Devoir, où elle collabore encore à l’occasion. Elle prépare actuellement une biographie de la romancière et poète Anne Hébert (à paraître aux éditions du Boréal). 

 
 

 

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Marie Darrieussecq: Entretien avec Gisèle Kayata Eid

Écrire pour inciter à la réflexion. Entretien exclusif avec Marie Darrieussecq lors de son passage au Salon du livre de Montréal en novembre 2017, autour de son dernier roman : « Notre vie dans les forêts », chez P.O.L. Propos recueillis par Gisèle Kayata Eid.

Marie Darrieussecq a été propulsée sur la scène médiatique en 1996 avec la parution de son premier roman « Truismes », traduit en 40 langues. Lauréate du prix Médicis pour « Il faut beaucoup aimer les hommes », Marie Darrieussecq est l’auteur de nombreux essais, livres d’art, et traductions, dont une nouvelle traduction « A room of one’s one » de Virginia Woolf, « Un lieu à soi ».

Barthes, par Zoran Minderovic

Roland Barthes aurait-il pu rêver d'un plus beau cadeau pour son centième anniversaire que du livre de Chantal Thomas, Pour Roland Barthes?

8-Logos-bottom