Parking nomade I, animé par Marie-Andrée Lamontagne



Pour ceux que la littérature intéresse, Parking nomade, animé par Marie-Andrée Lamontagne et diffusé à l’antenne de Radio Ville-Marie (FM 91,3, Montréal). Deux fois par mois, celle-ci propose un entretien en profondeur avec un écrivain. Chaque numéro de Parking nomade sera repris dans l’espace de Salon .ll. dans les semaines suivants sa diffusion initiale. Au sommaire de ce premier numéro : entretien avec l’essayiste et romancier Yvon Rivard, qui vient de publier Aimer, enseigner (Boréal, coll. «Liberté grande»). En quoi la littérature aide-t-elle à vivre? Un professeur de littérature est-il d’abord celui qui éveille? Qui éveille quoi? Et qui?

 

 

Cliquez sur le lien pour entendre l’entretien dans son intégralité.

Reproduit avec l’aimable autorisation de Radio Ville-Marie.

[Photo: Martine Doyon] 

Marie-Andrée Lamontagne est écrivain, éditrice, journaliste et traductrice. Chez Leméac Éditeur, notamment, elle a publié un roman (Vert), un recueil de nouvelles (Entre-monde) et un récit (La méridienne). De 1998 à 2003, elle a dirigé les pages culturelles du quotidien québécois Le Devoir, où elle collabore encore à l’occasion. Elle prépare actuellement une biographie de la romancière et poète Anne Hébert (à paraître aux éditions du Boréal). 

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Rencontre avec Linda Leith, par Marie-Andrée Lamontagne

Appartenir à une minorité littéraire est-il un atout pour un écrivain? L’establishment littéraire de Toronto aurait-il des réflexes de colonisés par  rapport aux écrivains anglo-québécois de Montréal qu’il ignore avec superbe, saufs’ils sont publiés à Londres et à New York et y reçoivent des prix ? En littérature, tout est-il politique ? Y compris le mot «bilingue», honni de certaines associations d'écrivains? À une certaine époque, le nationalisme aurait-il été la nouvelle religion des écrivains, tant au Québec qu’au Canada? 

Boutures subversives, par Wei Wei


« Tu es prié de ne pas céder à la tentation de lire les ouvrages qualifiés d’herbes vénéneuses, car, dès la première louchée, ça y est, tu attraperas le virus… » 

8-Logos-bottom