Montaigne, notre contemporain - Introduction

Montaigne, notre contemporain

Montaigne ou Nostradamus ? Une série de miniatures visant à démontrer l’actualité de la clairvoyante sagesse de Montaigne.

C’est Montaigne lui-même qui se définit comme un génie sans pareil dans « Du repentir » (Essais, III, ii) : « Les autres forment l’homme ; je le récite et en représente un particulier mal formé, et lequel, si j’avais à façonner de nouveau, je ferais vraiment bien autre qu’il n’est. » Tandis que « les autres » sont définis par les vicissitudes de leur temps, Montaigne définit son temps, qui veut dire qu’il en définit même le nôtre. Il ne s’agit ni de l’alchimie mystérieuse d’un prophète ni de la recherche des universaux stériles, tels les nombreux parallèles historiques qui « retrouvent » le monde actuel dans le passé. En d’autres termes, affubler Montaigne du qualificatif « notre contemporain », c’est le contraire d’une métaphore banale que l’on trouve dans bon nombre de « miroirs » historiques. Si les « autres » écrivent dans l’ombre de leur contexte historique, Montaigne, tout comme Shakespeare (voir Shakespeare, notre contemporain, de Jan Kott), dévoile « l’image de l’Histoire » et l’image du « Grand Mécanisme » (ces expressions sont de Kott) comme symboles de forces réelles, imbriquées, de la même manière aujourd’hui qu’au XVIe siècle, dans l’essence vivante de l’humanité.

© 2016, Zoran Minderovic


Rédacteur associé du Salon .ll. Zoran Minderovic

Chercheur, traducteur, relecteur (membre du PEN Canada) et écrivain, Zoran Minderovic a traduit des livres de Claude Lévi-Strauss, Julia Kristeva et Félix Ravaisson en serbe. Il est rédacteur associé du Salon .ll.

 

 

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Plaidoyer pour un Salon littéraire

Membres du Comité de rédaction Felicia Mihali, Marie-Andrée Lamontagne et Annabelle Moreau en réunion au 
sujet du Salon littéraire, octobre 2011. [Photo: Linda Leith]

Lecteur qui entres dans ce salon littéraire, tu en auras la preuve, pourvu que tu veuilles t’y attarder et ouvrir les yeux. Ici, en ce lieu conçu comme autant de plateaux d’un théâtre à scènes multiples où elle se donne à voir, la part occultée de la littérature dans nos sociétés sera montrée dans tous ses états, et de même sa part manifeste. La littérature, oui, est partout. 



 

 

 

 

Cesaria Evora

La chanteuse capverdienne Cesaria Evora est décédée samedi 17 décembre 2011 au Cap-Vert. Nous rendons hommage à cette grande dame de la musique en reprenant un entretien réalisé à New York en 2006.

Interview réalisée par Frédéric Antoine Brosson et Annie Heminway

8-Logos-bottom