Montaigne - notre contemporain IV, par Zoran Minderovic



Dans l’univers de Montaigne, le statut paradoxal de la gloire dans la conscience humaine nous fait penser au chat de Schrödinger, qui, si l’on imagine notre réalité quotidienne comme un monde régi par les lois de la physique quantique, peut être mort et vivant en même temps. Existante à peine, presque désubstantialisée, l’ombre d’une présence spectrale, la gloire est quand même vivante ; de plus, elle s’impose à la conscience comme une véritable force vitale, une obsession fatidique, transformant l’homme, que le philosophe Martin Heidegger (dans Être et Temps) définit comme un « être-vers-la mort », en «être-vers-la-gloire », la gloire étant une mort spirituelle—c’est-à-dire, plus subtile et, si j’ose dire, plus mortifère.

De toutes les rêveries du monde, la plus reçue et plus universelle, est le soin de la réputation et de la gloire, que nous épousons jusques à quitter les richesses, le repos, la vie et la santé, qui sont biens effectuels et substantiaux, pour suivre cette vaine image, et cette simple voix, qui n’a ni corps ni prise. (De ne communiquer sa gloire, I, 41).

La gloire, cette vanité des vanités, ombre d’une ombre, quintessence de rien, puise son énergie spectrale dans le kaléidoscope autant volatile qu’insubstantiel de nos opinions. Montaigne savait, bien avant la création de cet absurde animal que nous appelons « écrivain bestsellerisant », que l’excellence, y compris la qualité littéraire, une valeur sui generis, n’était quantifiable, qu’un écrivain dont la raison d’être est l’écriture, préfère un lecteur authentique à une foule de consommateurs littéraires :

On pourrait peut-être excuser un peintre ou un artisan, ou encore un rhétoricien ou un grammairien de s’efforcer de se faire un nom par ses ouvrages. Mais les actions vertueuses sont trop nobles par elles-mêmes pour avoir à rechercher cette valeur dans la vanité des jugements des hommes. (De la gloire, II, 16).

L'introduction à cette série de miniatures se trouve ici.


Zoran Minderovic

© 2016, Zoran Minderovic 

Chercheur, traducteur, relecteur (membre du PEN Canada) et écrivain, Zoran Minderovic a traduit des livres de Claude Lévi-Strauss, Julia Kristeva et Félix Ravaisson en serbe. Il est rédacteur associé du Salon .ll.

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Dixième lettre d’Israël

Pour ma 10e lettre d’Israël, je donne la parole à Sabine Huynh, auteure et traductrice vivant à Tel-Aviv. Cette dernière publie ici des extraits de son journal, dans lequel elle évoque la reprise de la violence dans les rapports entre Israël et la Palestine, violence ayant directement affecté la vie quotidienne des habitants de Tel Aviv, en décembre 2012.

Chantal Ringuet

Hector Berlioz : Les Troyens, par Anica Lazin

Grâce à une excellente équipe de chanteurs, musiciens, danseurs et choristes, guidée par Fabio Luisi, je peux affirmer qu’à l’écoute de cette dernière version de l’opéra Les Troyens nous pouvons nous approcher du sentier qui mène vers cette citadelle isolée, cet indiscutable monument dédié à l’art et à la beauté.

Photo de Bryan Hymel

Trois « bravos » à l’OSM, par Anica Lazin

Comme les lettres entrelacées d’un monogramme, la musique est le mouvement d’un mot, d’une phrase, d’une pensée…

Milan Kundera & la musique

13 mars 2012 à la Maison Symphonique de Montréal

 

8-Logos-bottom