Montaigne - notre contemporain IV, par Zoran Minderovic



Dans l’univers de Montaigne, le statut paradoxal de la gloire dans la conscience humaine nous fait penser au chat de Schrödinger, qui, si l’on imagine notre réalité quotidienne comme un monde régi par les lois de la physique quantique, peut être mort et vivant en même temps. Existante à peine, presque désubstantialisée, l’ombre d’une présence spectrale, la gloire est quand même vivante ; de plus, elle s’impose à la conscience comme une véritable force vitale, une obsession fatidique, transformant l’homme, que le philosophe Martin Heidegger (dans Être et Temps) définit comme un « être-vers-la mort », en «être-vers-la-gloire », la gloire étant une mort spirituelle—c’est-à-dire, plus subtile et, si j’ose dire, plus mortifère.

De toutes les rêveries du monde, la plus reçue et plus universelle, est le soin de la réputation et de la gloire, que nous épousons jusques à quitter les richesses, le repos, la vie et la santé, qui sont biens effectuels et substantiaux, pour suivre cette vaine image, et cette simple voix, qui n’a ni corps ni prise. (De ne communiquer sa gloire, I, 41).

La gloire, cette vanité des vanités, ombre d’une ombre, quintessence de rien, puise son énergie spectrale dans le kaléidoscope autant volatile qu’insubstantiel de nos opinions. Montaigne savait, bien avant la création de cet absurde animal que nous appelons « écrivain bestsellerisant », que l’excellence, y compris la qualité littéraire, une valeur sui generis, n’était quantifiable, qu’un écrivain dont la raison d’être est l’écriture, préfère un lecteur authentique à une foule de consommateurs littéraires :

On pourrait peut-être excuser un peintre ou un artisan, ou encore un rhétoricien ou un grammairien de s’efforcer de se faire un nom par ses ouvrages. Mais les actions vertueuses sont trop nobles par elles-mêmes pour avoir à rechercher cette valeur dans la vanité des jugements des hommes. (De la gloire, II, 16).

L'introduction à cette série de miniatures se trouve ici.


Zoran Minderovic

© 2016, Zoran Minderovic 

Chercheur, traducteur, relecteur (membre du PEN Canada) et écrivain, Zoran Minderovic a traduit des livres de Claude Lévi-Strauss, Julia Kristeva et Félix Ravaisson en serbe. Il est rédacteur associé du Salon .ll.

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Daewoo, par François Bon - premier volet

Daewoo, roman historique au pouvoir évocateur, donne la parole aux ouvriers (des femmes, pour la plupart), qui furent les vraies victimes de ce crime industriel.Se basant sur des documents de recherche, des entretiens avec certains ouvriers, Bon a créé une oeuvre qui met en lumière l’aspect humain et parfois tragique de ce drame. Comme il le décrit lui-même, “Si ces ouvrières n’ont plus de place nulle part, que ce roman soit leurs mémoires.”

Premier volet (de deux).

 
Rencontre avec Linda Leith, par Marie-Andrée Lamontagne

Appartenir à une minorité littéraire est-il un atout pour un écrivain? L’establishment littéraire de Toronto aurait-il des réflexes de colonisés par  rapport aux écrivains anglo-québécois de Montréal qu’il ignore avec superbe, saufs’ils sont publiés à Londres et à New York et y reçoivent des prix ? En littérature, tout est-il politique ? Y compris le mot «bilingue», honni de certaines associations d'écrivains? À une certaine époque, le nationalisme aurait-il été la nouvelle religion des écrivains, tant au Québec qu’au Canada? 

Le Fifre, un roman d’Eduardo Manet, par Zoran Minderovic

Avec Le Fifre, récemment traduit en anglais par Annie Heminway et Ellen Sowchek, Eduardo Manet révèle au grand jour la fabuleuse histoire de sa grand-mère, Eva Gonzalès, peintre talentueuse, élève, amante, et muse d’Édouard Manet. Avis aux amateurs d’art!

Eva Gonzalès, par Édouard Manet

8-Logos-bottom