Milad Doueihi : Pour un humanisme numérique

Une entrevue de Marie-Andrée Lamontagne

La culture numérique n’est pas l’avenir, elle est le présent. Cela posé, quelles sont les conséquences culturelles des bouleversements technologiques qu’elle induit? La technologie numérique peut-elle vraiment recueillir l’héritage culturel de l’humanité et l’enrichir, en dépit des ruptures qu’elle entraîne ? Quel imaginaire engendre-t-elle? À vrai dire, la tradition humaniste a si bien sa place dans l’espace numérique qu’elle pourrait permettre l’émergence d’un humanisme numérique. Telle est du moins l’hypothèse séduisante, ni technolâtre, ni technophobe, que formule l’essai de l’historien Milad Doueihi (Pour un humanisme numérique, Le Seuil, coll. «Bibliothèque du XXIe siècle», 2011). Je me suis récemment entretenue avec l’auteur, à la librairie Paulines, à Montréal. Ses propos sont passionnants, comme vous le constaterez en cliquant sur le lien ci-dessous. Il renvoie à notre entretien enregistré par la radio culturelle Internet, Radio-Spirale, née de la revue du même nom, et qui, fort obligeamment, nous a donné son accord pour le reprendre ici : http://radiospirale.org/capsule/pour-un-humanisme-numerique


© Marie-Andrée Lamontagne 2012

Marie-Andrée Lamontagne est écrivain, éditrice, journaliste et traductrice. Chez Leméac Éditeur, notamment, elle a publié un roman (Vert), un recueil de nouvelles (Entre-monde) et un récit (La méridienne). De 1998 à 2003, elle a dirigé les pages culturelles du quotidien québécois Le Devoir, où elle collabore encore à l’occasion. Elle prépare actuellement une biographie de la romancière et poète Anne Hébert (à paraître aux éditions du Boréal).
[Photo: Martine Doyon]

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Le Naufrage, symbole de transformation, par Nadia Neiazy

Le fruit de la collaboration entre Robert Lepage, Thomas Adès et Meredith Oakes, présenté au Festival d’opéra de Québec, saura-t-il insuffler un nouvel esprit dans la création d’opéra moderne ?

Audrey Luna, soprano, Ariel

The Tempest de Shakespeare à l’opéra.

 

Daewoo, par François Bon - premier volet

Daewoo, roman historique au pouvoir évocateur, donne la parole aux ouvriers (des femmes, pour la plupart), qui furent les vraies victimes de ce crime industriel.Se basant sur des documents de recherche, des entretiens avec certains ouvriers, Bon a créé une oeuvre qui met en lumière l’aspect humain et parfois tragique de ce drame. Comme il le décrit lui-même, “Si ces ouvrières n’ont plus de place nulle part, que ce roman soit leurs mémoires.”

Premier volet (de deux).

 
8-Logos-bottom