Chantal Ringuet, Under the Skin of War

Dans son ouvrage Under the Skin of War, Chantal Ringuet suit les traces du photojournaliste britannique Don McCullin, qui a fait la couverture de nombreuses guerres et conflits armés durant sa carrière. Voici trois poèmes tirés de ce recueil marqué par l'entrelacement du français et de l'anglais et celui de la prose et de la poésie.

 

On the wrong side of the tracks

since the beginning

 

l’enfance dure

tu quittes l’East End

t’extirpes du gouffre

de la cécité

 

seul dans l’arène où s’affrontent

truands et victimes

malfrats et clochards

escrocs et martyrs

tu lorgnes du côté

des flammes

 

dans ton champ de vision

les miséreux s’éclipsent

fort de leur disparition

tu appuies sur le déclencheur

 

photography came to you

as an accident

 

 

Early on in life, your anger. A gush of black ink through the veins night and day, merciless. What can be done to prevent its mental disturbance, before it blocks your arteries? Photograph the bodies, the faces ravaged by war. Gradually the black soaks into the paper’s grain. An image followed by another, darker. You will not save the world. No. But you offer offer it a framed requiem. A magnificient exposure.

 

 

le dos tressé

du sang des autres

tu repars

 

combattre le néant

qui s’accumule

sous tes fenêtres

 

à Chypre

une vieille femme renaît

dans tes bras

 

demain sera

translucide

 

 

Extraits de Chantal Ringuet, Under the Skin of War ( Ottawa: BuschekBooks, 2014),
pp. 10, 14, 35.

© Chantal Ringuet, 2014.

Chantal Ringuet est poète, traductrice et chercheure en littérature. Détentrice d’un doctorat en études littéraires, elle a fait paraître un recueil de poèmes intitulé Le sang des ruines (Écrits des hautes terres, 2010, Prix littéraire Jacques Poirier), l’ouvrage À la découverte du Montréal yiddish (Fides, 2011) et l’anthologie Voix yiddish de Montréal (Revue Moebius, no 139, 2013). De 2012 à 2014, elle a rédigé une chronique intitulée « Lettres d’Israël » pour le magazine littéraire Salon .ll. Elle est membre de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) et de l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada (ATTLC).

Page 1 2 3 4 5 6 7

More articles

Wei Wei: Lac Lugu

Lac Lugu - dans les villages dispersés au sein des montagnes autour du lac, ce sont les femmes qui exercent le pouvoir… Même en amour, ce sont elles qui choisissent, et les hommes se laissent choisir !

Entretien avec Emmanuel Dongala, par Annie Heminway

Je n’ai pas choisi le sujet, il s’est imposé à moi lorsque j’ai vu ces dizaines de femmes cassant des pierres au bord du fleuve Congo pour pouvoir survivre après le conflit.

Emmanuel Dongala [Photo: Dana Cummings]

Marie Darrieussecq: Entretien avec Gisèle Kayata Eid

Écrire pour inciter à la réflexion. Entretien exclusif avec Marie Darrieussecq lors de son passage au Salon du livre de Montréal en novembre 2017, autour de son dernier roman : « Notre vie dans les forêts », chez P.O.L. Propos recueillis par Gisèle Kayata Eid.

Marie Darrieussecq a été propulsée sur la scène médiatique en 1996 avec la parution de son premier roman « Truismes », traduit en 40 langues. Lauréate du prix Médicis pour « Il faut beaucoup aimer les hommes », Marie Darrieussecq est l’auteur de nombreux essais, livres d’art, et traductions, dont une nouvelle traduction « A room of one’s one » de Virginia Woolf, « Un lieu à soi ».

8-Logos-bottom